LA LANGUE N'A POINT LE ZO !

Réunionnais, Réunionnais, d'ici ou d'ailleurs, soyez les bienvenus sur ce petit blog pour partager des anecdotes, des ti causements et moucatages nout' ti péi...!

22 octobre 2007

Z'histoir un boug' en pétard !

Dans une agence, aucun des employés n’arrive à calmer un client fort mécontent. Le nouveau directeur zoreil (nom donné aux métropolitains), fraîchement débarqué, se propose de trouver une solution et invite le boug’ en pétard dans son bureau. Il lui demande son nom afin de trouver son dossier informatique :

-« Mi appelle Zan-Lic Wouaro »
-« Excusez-moi, je n’ai pas bien compris…vous pouvez me répéter votre nom ?“
-« ZAN-LIC…WOU-A-RO »
-«Alors…Heu…comment ça s’écrit ? »
-« Ben ZAN-LIC comme ZAN-LIC et WOUARO ben…comme d’habitude quoué… ! »
-« Alors…donc…Zan-Lic…avec un Z ?»...Merci Mina !

Quelle est l'origine du mot ZOREIL ?
La première, est assez odieuse : certains maîtres barbares auraient eu coutume de couper les oreilles d'esclaves "désobéissants" (cf. la vieille expression française souvent adressée aux enfants : " si tu n'es pas sage,je vais te tailler les oreilles en pointe")

La deuxième est que le soir après le travail, les maîtres venaient souvent rôder près des cases des esclaves pour tenter d'entendre ce qui se disait, histoire d'être au courant de ce qui pouvait éventuellement se tramer derrière leur dos...

La troisième est qu'à l'origine les maîtres avaient parfois du mal à comprendre un langage "en construction" utilisé entre les esclaves pour communiquer, et tendaient l'oreille.

Enfin, la dernière explication sans doute plus fantaisiste, est que les métropolitains étaient très remarquables par leurs oreilles d'un rouge éclatant causé par le soleil de La Réunion...

Posté par Ti Capucine à 08:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Zoreil en pétard

    Le mot zoreil vient bien de la couleur des oreilles des blancs (rouges et plus grandes. Cela ne plait pas (ou n'a pas plu) aux blancs qui essaient toujours d'avoir le dernier mot, même sur une culture de dissidence, rattraper, conceptualiser une simple observation. Tendre l'oreille pour zoreil, c'est une explication de...zoreil. Et pour info, les maitres ne venaient pas roder près des cases des esclaves: Ca c'est du cinéma contemporain.

    Posté par kalou, 19 juillet 2011 à 11:59

Poster un commentaire